ÉTUDE - Transformation de fruits et légumes issus de l'agriculture urbaine et/ou locale par et pour des populations vulnérables

Quoi ?

Étudier des projets à l'échelle nationale faisant de la transformation par et pour des populations vulnérables de fruits et légumes issus de jardins partagés, de jardins d’insertion ou de surplus/dons de producteurs locaux.

Populations précaires ?

Il est question ici des bénéficiaires de l'aide alimentaire, des résidents des centres d’hébergement d'urgence, des habitants de quartiers prioritaires de la ville ou de personnes isolées ou éloignées de l'emploi.

 

Quelle transformation ?

Des repas à consommer sur place ou des aliments à conserver plus ou moins longtemps de type : conserves, soupes, confitures, pains, fruits séchés …

Pourquoi ?

  • Agir sur la sécurité alimentaire et assurer des besoins nutritionnels notamment en fruits et légumes (denrées souvent absente de l'aide alimentaire)

  • Agir sur l'autonomisation des populations : permettre à chacun de se réapproprier son alimentation

Identifier les principaux acteurs et faire un recensement de ces pratiques à l’échelle nationale


Capitaliser pour essaimer : identifier les principaux enjeux, les difficultés rencontrées et les principaux leviers

Mettre en réseau ces acteurs et suivre certains dans leur mise en place de projet

  • L'accessibilité à des locaux pour cuisiner (laboratoires de transformation mutualisé, cuisines et conserveries mobiles)

  • Approvisionnement en produits locaux : freins logistiques et économiques 

  • Les normes HACCP (procédé de gestion de la sécurité des aliments)

Trois types de projets touchant à ce domaine ont été identifiés et vont être étudiés plus en profondeur :

1.      Les ateliers cuisine liés à des jardins partagés ou aux surplus de producteurs locaux (organisés par des associations, des épiceries solidaires et des centres sociaux principalement).

2.      Les cuisines collectives / partagées de type cantine de quartier. Il s’agit de grouper les achats pour cuisiner ensemble et ainsi diminuer les coûts et sortir de l'isolement (ces projets sont peu nombreux en France mais fonctionnent très bien au Canada cf. les Cuisines Collectives )

3.      Les chantiers d’insertion de type restaurants ou conserveries solidaires à partir de produits de jardins d’insertion ou de produits locaux et où la vente se fait à prix solidaire.

 

L'étude, initiée en novembre 2018 et terminée en mars 2020, a donné lieu à un rapport, une note de synthèse ainsi que 10 fiches projet que vous pouvez consulter et télécharger.

Des pistes de réflexion sont en train d'être abordées pour imaginer des suites à ce travail.

Objectifs de l'étude

Principaux enjeux

Carte des projets étudiés et fiches associées

Encadrement de l'étude

Christine AUBRY (AgroParisTech-INRAE)

Gérard CUVELIER (AgroParisTech)

Catherine BONAZZI (INRAE)

Doudja KABECHE (AgroParisTech)

​Nicole DARMON (INRAE)

Dominique PATUREL (INRAE)

Fanny PROVENT (AgroParisTech)

Les résultats

Contacter Clémence Marescot

©2019 by la Chaire Agricultures Urbaines